Bandeau
Cité Scolaire Internationale de Ferney-Voltaire
Slogan du site
Descriptif du site
Les élèves de 2nde 3 à la Maison de la Danse à Lyon
Article mis en ligne le 10 décembre 2012
dernière modification le 12 décembre 2012

par Delphine IMBERT

Ce jeudi 29 novembre, la classe de 2nde 03, accompagnée de Mme Brech et de Mme Laureyns, a assisté au spectacle lyrique et chorégraphique de Yoan Bourgeois Wu-Wei [Vivaldi, les Quatre Saisons] à la Maison de la Danse. Cette sortie culturelle, très appréciée des élèves, a été intégralement financée par la Région Rhône–Alpes dans le cadre du projet SOPRANO, Lycéens à l’Opéra, et a fait l’objet d’approfondissement dans les cours de français et d’E.P.S. Mais laissons la parole aux élèves pour vous donner envie d’aller voir ce spectacle …

« A l’extinction des lumières, je restais très perplexe à propos du thème de ce spectacle. En effet, il s’agissait pour moi d’un de mes premiers contacts avec le monde de la danse. Cependant, je fus dès la première action des danseurs, plongé dans un autre univers. Cette mise en scène présentait les personnages tels des enfants : les jeux sur scène semblaient simplistes, leur comportement immature. Par ailleurs, ceux-ci nous dévoilaient ce récit en danse. Cela permettait à ces jeux et à ces actions quotidiennes de prendre une allure beaucoup plus magique, voire époustouflante. La scène m’ayant le plus marqué à ce sujet est celle du ballon orange : l’ensemble des regards étaient portés sur ce simple objet, le temps s’arrêta puis reprit lorsque celui-ci disparut … »

« … Dans le spectacle, les personnages courent, dansent et font des acrobaties à de nombreuses reprises, il y a une grande notion de mouvement corporel et de coordination. Nous pouvons aussi assister à des numéros de cirque, comme le jonglage, et les acteurs jouent beaucoup sur la notion d’équilibre et l’effet d’optique … ». (Niccolo)

« Le spectacle Wu-Wei-les 4 Saisons par le metteur en scène Yoann Bourgeois était un spectacle qui racontait la vie de onze danseurs/acteurs/acrobates chinois. Yoann jouait beaucoup sur le contraste des couleurs — comme le noir et blanc, le rouge et vert — et sur le point fixe d’un moment précis : les acteurs, les musiciens, ou même les objets comme un vélo ou un ballon s’arrêtaient et restaient immobiles … » (Jonathan)

« … A la fin du spectacle se trouve une scène bien marquante : tous les personnages existants en Chine se sont rassemblés sur scène : le bouddhiste, les chanteuses chinoises, une acrobate, une femme qui manifeste, un homme riche de classe moyenne, le dragon chinois... Cette scène montre bien la situation de la Chine à cette époque. Selon moi je trouve que le spectacle était intéressant et très artistique. J’ai bien aimé la synchronisation entre les artistes chinois sur scène et l’orchestre. Je trouve aussi que les décors étaient bien faits et j’ai particulièrement aimé la scène dans laquelle les artistes se battent avec les bâtons longs accompagnés de l’orchestre et la façon avec laquelle les mouvements ont été pensés (l’un va à droite, l’un va à gauche et les deux se retrouvent l’un devant l’autre). J’ai aussi aimé la scène dans laquelle les artistes courent ou sont à vélo et défilent rapidement sur scène, cela donne un effet d’infini qui était très beau. » (Lucas)

« Durant tout le spectacle, la musique de Vivaldi accompagnait les acteurs mais elle n’a peut-être pas été assez mise en avant durant le spectacle comme on pouvait s’y attendre sachant que l’orchestre était présent sur scène. Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus dansé et une présence des arts du cirque plus importante. C’était peut-être un plus de pouvoir comprendre le chinois et d’avoir un minimum de culture sur la Chine durant ce spectacle pour mieux comprendre celui-ci. » (Maxime)

« … La première chose qui vient à l’esprit en regardant cette performance, c’est l’incroyable précision dont les acteurs ont fait preuve. Lors du combat avec les bâtons blancs, les acteurs étaient tous synchronisés. On peut aussi voir que chacun sait très bien où il doit aller même si en apparence leurs déplacements semblent aléatoires.
Juste avant la fin du spectacle quand les acteurs sont tous déguisés et que le sol est recouvert d’objets divers, on a un grand panorama de la culture chinoise. Et enfin quand les acteurs enlèvent leurs déguisements, on dirait qu’ils nous montrent que ce sont des stéréotypes et donc ils s’en délient. » (Cécile)


puceContact puceMentions légales puce

2012-2021 © Cité Scolaire Internationale de Ferney-Voltaire - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.10
Hébergeur : Académie de Lyon - Education Nationale